Comment assurer son vélo électrique ?

Assurance vélo électrique

Le vélo à assistance électrique est devenu un moyen de transport privilégié en ville. Actuellement, un quart des vélos vendus est équipé d’une assistance électrique. Ce succès s’explique par les nombreux avantages du vélo électrique : il est respectueux de l’environnement, offre une solution de transport individuelle et se révèle très pratique, permettant de se déplacer aisément et sans fatigue. Face à cette popularité croissante, une question se pose pour nous, utilisateurs : est-il nécessaire de souscrire une assurance pour son vélo électrique ? De plus, que couvre exactement une assurance dédiée aux vélos électriques ?

Qu’est-ce qu’un contrat d’assurance pour vélo électrique ?

L’assurance pour vélos électriques offre une protection spécifique face aux risques associés à l’utilisation de ces moyens de transport. Conçue pour répondre aux besoins particuliers des vélos à assistance électrique, elle prend en compte les inconvénients qui accompagnent leurs nombreux avantages. Parmi ceux-ci, le coût élevé des vélos électriques les rend particulièrement attrayants pour les voleurs.

De plus, en raison de leur capacité à atteindre des vitesses élevées en continu, les vélos électriques exposent les cyclistes à des risques accrus de chutes, d’endommagement de l’équipement (tel que les gants et les casques) et de collisions avec des voitures ou des piétons.

Un autre aspect spécifique aux vélos électriques est l’utilisation de batteries électriques, qui comportent un risque de court-circuit pouvant entraîner un incendie, un risque inexistant avec les vélos classiques.

Ainsi, l’assurance vélo électrique est conçue pour couvrir ces divers risques, offrant aux utilisateurs une tranquillité d’esprit face aux éventualités.

Pourquoi faut-il assurer son vélo à assistance électrique ?

Les multiples risques associés à l’utilisation d’un vélo électrique, énumérés précédemment, justifient à eux seuls l’intérêt d’une assurance dédiée à ces véhicules. De plus, l’importance de souscrire une assurance pour son vélo électrique s’accroît en considérant la diversité au sein même de cette catégorie de vélos.

Il existe principalement deux catégories de vélos électriques : les vélos à assistance électrique (VAE) traditionnels, où l’assistance électrique complète l’effort du cycliste sans toutefois le remplacer. En clair, si le cycliste cesse de pédaler, l’assistance électrique du vélo s’arrête. De plus, ces vélos sont conçus avec une assistance électrique qui se désactive automatiquement dès que le vélo atteint une vitesse de 25 km/h ou en cas de freinage, avec une puissance maximale du moteur limitée à 250 W.

Une autre catégorie de vélo électrique est le vélo à assistance électrique rapide, également connu sous le nom de « Speed Bike ». Ces vélos se distinguent par leur assistance électrique nettement plus puissante, d’environ 500 W, leur permettant d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 45 km/h. Autre caractéristique de ces vélos est leur capacité à avancer même sans que le cycliste ne fournisse d’effort actif. Ainsi, un Speed Bike peut continuer à avancer sur simple sollicitation, indépendamment de l’action de pédaler.

Cet article pourrait vous intéresser :  Le rachat partiel sur un contrat d’assurance vie

Les Speed Bikes, de par leurs caractéristiques techniques avancées et le niveau de risque qu’ils représentent, sont considérés comme une catégorie distincte, comparable à celle des cyclomoteurs. Cette distinction nécessite une approche spécifique en matière d’assurance, différente de celle appliquée aux vélos à assistance électrique traditionnels.

Est-il obligatoire d’assurer son vélo électrique ?

Souscrire une assurance spécifique pour un vélo à assistance électrique (VAE) n’est pas une exigence légale. Dans le cas des VAE traditionnels, la protection offerte par la responsabilité civile incluse dans l’assurance habitation du cycliste suffit généralement. Cela signifie que si le cycliste (vous-même, les membres de votre famille ou les enfants vivant sous votre toit) cause par accident un dommage à une tierce personne avec le vélo électrique, les coûts seront couverts par cette garantie.

Cependant, il est important de reconnaître que cette forme de couverture est basique et ne s’étend pas aux dommages que le conducteur du vélo pourrait subir, qu’ils soient corporels ou matériels.

Les risques de ne pas souscrire à une assurance pour son VAE

Circuler avec un vélo électrique sans le couvrir par une police d’assurance spécifique présente de nombreux risques.

En cas d’accident, tel qu’une collision ou une chute, si le cycliste est jugé responsable, il ne recevra aucune indemnisation pour les blessures personnelles subies ou les dommages occasionnés à son vélo électrique. Cela s’explique par le fait que l’assurance habitation, qui inclut la responsabilité civile, ne rembourse que les dommages accidentellement causés à autrui.

De même, les dommages aux équipements de sécurité du cycliste, tels que le casque et les gants, ainsi que les dégâts résultant d’un incendie provoqué par un court-circuit de la batterie du vélo, ne sont pas couverts. Le vol du vélo électrique en dehors de la résidence principale est également exclu de cette couverture.

En revanche, une assurance vélo électrique appropriée prévoit et protège contre ces risques. Bien que non obligatoire, la souscription à une assurance pour vélo électrique est fortement recommandée pour offrir une protection complète.

Quelles garanties pour son vélo électrique ?

Vous pouvez souscrire à différentes garanties pour vous protéger et protéger votre vélo :

  • Garantie vol : du vélo en lui-même, mais aussi de sa batterie seule ;
  • Garantie dommages matériels : incendie, vandalisme, accident de la route, etc. ;
  • Garantie dommages corporels : prise en charge des préjudices physiques que vous subissez en cas d’accident ;
  • Garantie dépannage et assistance : contrairement à un vélo classique, un VAE pèse en moyenne 20kg et son remorquage en cas de dysfonctionnement peut s’avérer nécessaire.

Quels documents pour souscrire une assurance vélo électrique ?

Pour souscrire une assurance pour un vélo à assistance électrique (VAE) traditionnel, les pièces justificatives requises sont relativement basiques :

  • Une pièce d’identité valide ;
  • Un justificatif de domicile récent ;
  • La marque, le modèle et le numéro de série du vélo ;
  • La date d’acquisition du vélo neuf et son coût d’achat.

Dans le cas d’une assurance couvrant le vol, il est souvent nécessaire que le vélo soit préalablement enregistré ou identifié.

Cet article pourrait vous intéresser :  Économisez sur vos contrats d'assurance : le rôle du courtier

ℹ️

Depuis janvier 2021, le marquage des vélos neufs est devenu obligatoire. Ce marquage peut prendre la forme d’une gravure ou d’une étiquette fixée sur le cadre du vélo, et le numéro d’identification unique du vélo est enregistré dans le Fichier national unique des cycles identifiés (Fnuci), sous l’égide de l’association Apic, facilitant ainsi la restitution des vélos en cas de vol.

Que faire suite à sinistre avec son vélo électrique ?

En cas de sinistre de votre vélo électrique, il est impératif de contacter immédiatement votre compagnie d’assurance. Il est important de respecter les délais exigés pour déclarer les différents types de sinistres qui peuvent vous arriver comme les dommages au vélo, les blessures, le vol, ou une tentative de vol. Il est aussi essentiel de fournir des preuves, telles que des photos, pour attester de l’incident.

Comment trouver la meilleure assurance pour son vélo électrique ?

Pour identifier la meilleure assurance pour votre vélo électrique, il est nécessaire de comparer minutieusement les offres disponibles. Une offre idéale devrait être transparente et exhaustive, incluant, par exemple, une couverture pour les dommages résultant d’incendies de batterie ou concernant l’équipement du cycliste, tout en proposant des limites d’indemnisation généreuses.

Une assurance adaptée pour vélo électrique devrait également offrir la flexibilité de s’adapter à vos besoins spécifiques ainsi qu’aux caractéristiques du vélo que vous souhaitez assurer. Cette capacité de personnalisation et cette approche sur mesure constituent des critères essentiels à prendre en compte lors de votre choix.

Le cas particulier des Speed Bikes

À la différence des vélos électriques traditionnels, qui ont une puissance de 250W et peuvent atteindre une vitesse maximale de 25 km/h, les Speed Bikes, avec leur capacité à aller jusqu’à 45 km/h, ne sont pas classifiés comme de simples vélos.

Doit-on assurer un Speed Bike ?

En raison de leurs spécifications et de leur puissance élevée, les Speed Bikes sont traités de manière similaire aux cyclomoteurs. Ce qui implique qu’ils doivent obligatoirement être assurés, tout comme les motos. Cette obligation s’accompagne d’autres exigences légales, telles que l’obligation d’avoir une plaque d’immatriculation et un âge minimum requis pour la conduite.

Comme les Speed Bikes sont considérés équivalents à des cyclomoteurs, ils ne sont pas couverts par la responsabilité civile incluse dans les assurances habitation, qui excluent généralement les véhicules terrestres à moteurs.

Il est également conseillé aux propriétaires de Speed Bikes ou de vélos à assistance électrique rapide de prendre des mesures supplémentaires pour se protéger contre d’autres risques, notamment le vol, en raison de leur valeur élevée qui les rend particulièrement attractifs pour les voleurs.

Les éléments nécessaires pour assurer son Speed Bike

Pour assurer un Speed Bike, qui nécessite une immatriculation arrière en raison de sa classification comme cyclomoteur, le propriétaire doit fournir les documents suivants :

  • Le formulaire Cerfa n° 13750*03, correspondant à la demande de certificat d’immatriculation du véhicule ;
  • Une pièce d’identité valide ;
  • Un justificatif de domicile récent ;
  • La facture originale d’achat du Speed Bike ;
  • Une copie du permis AM (anciennement connu sous le nom de BSR, ou brevet de sécurité routière) pour les conducteurs nés après le 1er janvier 1988.

✍️ Contenu mis à jour le 14/03/2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut